Safari en Montgolfière


Janvier 2011 – Parc d’Amboseli – Kenya

Une Land Rover nous attendait très tôt ce matin-la: Direction les chemins de brousse et la savane. Il faisait encore nuit et nous roulions parmis les animaux endormis.

Au milieu de nulle part, deux 4×4 étaient arrêtés. Une nacelle était couchée sur le côté et une toile gigantesque étalée sur le sol.

“- Pas de vent, ciel dégagé, ce sera une belle ballade!” nous dit le commandant, un Kenyan d’origine Indienne, “-Prêt pour le décollage?”.  Bien sûr!

A la lueur du jour qui commençait, l’équipe c’est activée et en quelques minutes la montgolfière prit la forme que nous lui connaissons. Tout le monde est à bord, c’est le décollage.

Tranquillement le ballon s’élève dans le ciel. Devant nous, la savane s’étend à perte de vue, à l’horizon le soleil pointe son nez. En dessous, les animaux se réveillent: Les zèbres, les girafes nous regardent intrigués. En arrière le Kilimandjaro domine la situation.

Nous survolons quelques tribus Masaï dont les villages se reconnaissent très facilement par leur forme arrondie, avec comme barrières des buissons d’acacias afin de se protéger (et protéger leur bétail) contre d’éventuels prédateurs: lions, guépards et autres félins un peu plus imposants que nos chatons domestiques.

Puis c’est au tour des gazelles, des éléphants, des autruches de défiler devant nous. A l’approche d’un lac, la végétation est plus verte et les oiseaux plus nombreux.

On en a plein les yeux: Entre le lever du soleil, les animaux sauvages, cette montagne légendaire et cette promenade en ballon – C’est un vrai délice.

Puis vient le temps de l’atterrissage et l’équipe au sol nous rejoint en voiture. Elle s’affaire maintenant à replier la toile  et veille à ce que tout se passe bien.

On nous emmène dans un autre endroit de la savane, toujours en pleine nature sans aucune trace de béton ni bruit de tondeuse ou de chien qui aboient.

Picnic sauvage: La cuisine est installée, la table est prête, vue imprenable sur la nature: Alors champagne pour tout le monde.

Quel cadeau d’anniversaire hors du commun.

Pascal

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*